Mesures prises en réponse à la COVID-19

Au cours des derniers mois, l’environnement aéroportuaire a connu des changements rapides en tandem avec le reste du monde en ce qui concerne la COVID-19. L’ACSTA surveille la situation de près afin de continuer à remplir son mandat.

Dans ce contexte en évolution, la priorité de l’ACSTA demeure le bien-être des voyageurs aériens, des agents de contrôle et de tous ceux qui transitent ou travaillent dans les aéroports du Canada tout en continuant d'offrir des services de contrôle de sûreté de la plus haute qualité.  

  • Si vous présentez des symptômes connus de la COVID-19, comme la toux ou des difficultés respiratoires, vous devrez quitter le point de contrôle et retourner dans l’aire publique.
  • Veuillez vous tenir à deux mètres des autres passagers, de l’entrée du point de contrôle à la fin du processus de contrôle.
  • Veuillez tenir votre propre document imprimé ou électronique (carte d’embarquement, carte NEXUS) pendant qu’il est balayé.
  • Vous pouvez aussi transporter une bouteille de désinfectant pour les mains de 355 ml en plus des bouteilles de 100 ml qui entrent dans le sac de plastique transparent et refermable de 1 L.
  • Aux principaux aéroports, des distributeurs supplémentaires de désinfectant pour les mains, destinés aux agents de contrôle et au public, ont été installés aux points de contrôle.
  • Tous les agents de contrôle portent désormais un couvre-visage. Ils ajouteront un écran facial s’ils doivent contrôler une personne qui ne peut pas porter de masque.
  • Les agents de contrôle doivent porter des gants en tout temps et les remplacer souvent. Un passager peut également demander à l’agent de contrôle de changer de gants avant d’effectuer la fouille de ses effets personnels.
  • Les agents de contrôle remplacent désormais les tampons d’échantillonnage pour la détection de traces d’explosifs après chaque utilisation.
  • Nous avons augmenté la fréquence de nettoyage des bacs et utilisons des produits antiviraux puissants pour nettoyer les bacs et autres surfaces autour des points de contrôle.

Couvre-visage – vous devez en apporter un et le porter

Tous les passagers doivent apporter un couvre-visage et le porter afin de se couvrir la bouche et le nez avant d’entrer au point de contrôle. Vous pouvez utiliser un masque jetable ou fabriqué à la main, un foulard, un bandana ou tout autre type de matériel pouvant couvrir le nez et la bouche en étant attaché autour de la tête. Consultez les lignes directrices sur les couvre-visage de l’Agence de la santé publique du Canada pour plus d’information à ce sujet, y compris des consignes pour fabriquer votre propre couvre-visage.

Si vous n’êtes pas en mesure de porter un couvre-visage pour des raisons médicales ou des raisons de santé, informez-en l’agent de contrôle avant de franchir le point de contrôle. Les enfants âgés de moins de deux ans ne sont pas tenus de porter un couvre-visage.

Il convient de noter que le port du couvre-visage ne remplace pas la nécessité d’observer rigoureusement l’étiquette respiratoire et de maintenir une distance physique d’au moins deux mètres par rapport aux autres.

Maintenir une distance sécuritaire

L’ACSTA a effectué plusieurs changements afin de veiller au maintien d’une distance physique entre les agents de contrôle et les personnes qui franchissent le point de contrôle, lorsque cela est possible. De plus, les agents de contrôle rappelleront à tous les passagers de porter un couvre-visage et de maintenir une distance de deux mètres par rapport aux autres lors de leur passage au point de contrôle. Les agents de contrôle porteront également un couvre-visage s’ils doivent entrer en contact étroit pour effectuer le contrôle et ajouteront un écran facial s’ils doivent contrôler une personne qui ne peut porter de couvre-visage.

On demande aux passagers de tenir leur propre document pendant qu’il est balayé (carte d’embarquement, carte NEXUS). S’il faut résoudre une alarme lors du contrôle, on demandera d’abord aux passagers s’ils ont des articles supplémentaires à retirer afin de réduire le recours aux fouilles manuelles.

À certains aéroports, l’ACSTA a posé des indicateurs sur le sol afin de rappeler aux personnes qui attendent d’être contrôlées de maintenir la distance de deux mètres recommandée, lorsque cela est possible. D’autres modifications physiques ont été apportées, y compris l’installation d’affiches fournissant les consignes à suivre, la fermeture des voies alternées au contrôle préembarquement, lorsque cela est possible, et la mise en service de seulement deux des quatre postes de retrait des effets personnels aux voies ACSTA Plus. Aux postes de fouille des bagages, l’ajout d’une table offre un espace supplémentaire entre l’agent de fouille et le passager.

Bien qu’il ne soit pas toujours possible d’éviter les contacts pendant le contrôle, ces mesures permettront de les réduire autant que possible. Il importe également de noter que le processus de contrôle est de nature transitoire et que, par conséquent, les interactions qui y ont lieu sont brèves, ce qui, selon les experts en matière de santé publique, contribue considérablement à réduire le risque de transmission.

Un objectif commun

L’aviation est un service essentiel qui permet aux personnes et aux biens d’aller là où ils doivent se rendre, et l’ACSTA a pris toutes les mesures possibles afin de veiller à ce que ces déplacements s’effectuent de manière sécuritaire. La réussite de ces efforts dépend également de la coopération des passagers en matière du port des couvre-visage, du maintien d’une distance physique lorsque c’est possible et du contrôle opportun et sécuritaire – en écoutant les consignes et en acceptant de se soumettre aux mesures supplémentaires lorsque c’est nécessaire. L’objectif de l’ACSTA est de s’assurer que toutes les personnes travaillant et voyageant dans les aéroports le font de la manière la plus sûre et la plus sécuritaire possible pendant cette période difficile.

Pour la plus récente information sur la COVID-19, visitez le site canada.ca/coronavirus.